1968

Intégration communautarie 50e anniversaire / 50th Anniversary Community Living

Share with friends

Winter Home Guide
Winter Adventure Guide
Remembrance Day 2020

SPECIAL SECTIONS

CAHIERS SPÉCIAUX

Au mois de novembre, Mme Savage avait souligné que la Loi sur les municipalités de l’Ontario considère la maire comme chef du conseil et l’autorise «certainement à être la voix du conseil.» Elle a ajouté que son rôle l’oblige à communiquer et engager le public sur les affaires municipales. «S’il y a un manque de confiance en la maire ou chef du conseil (…) ou un incident qui aurait offusqué quelqu’un, ma porte est ouverte,» avait-elle invité.

La discussion a incité le conseiller Guy Fortier à recommander une révision complète des arrêtés de procédure, de même que la définition du terme «médias.» «Autrefois, il s’agissait de la radio, la télévision et la presse écrite; maintenant il y a Twitter, Instagram, Facebook, et nous n’avons pas de politique claire.» Il a reconnu le danger de voir les opinions personnelles des élus confondues avec la position formelle de l’institution publique qu’ils représentent. «Je fais souvent des commentaires sur Donald Trump; est-ce qu’il s’agit de l’opinion du conseil ou de la mienne? (…) Sur une question comme la proposition de service de la Police provinciale, ce n’est pas clair lorsque les gens discutent autour de la table (…) si l’on ne déclare pas clairement que c’est une opinion personnelle et celle du conseil. (…) Il faut s’asseoir et en discuter; je ne vois rien d’onéreux là-dedans.»


... to read more, click here.

La maire devra distinguer ses opinions personnelles de celles du conseil


Suzanne Gammon
Tribune

Si le débat sur les services policiers a dominé la réunion du conseil municipal du 5 décembre, une autre proposition a été chaudement disputée et finalement adoptée par un vote partagée. Le nouvel arrêté exige que tout membre du conseil s’abstienne de faire des commentaires aux médias au nom du conseil sans l’approbation de ce dernier ou sans indiquer qu’il s’agit d’une opinion personnelle. La proposition avait été avancée au mois de novembre par le conseiller Guilles Tessier, puis reportée au 5 décembre.

La résolution stipule que le conseil «sera mis au courant de tout communiqué ou commentaire fait aux médias avant que celui-ci ne soit diffusé ou imprimé,» et que «tout membre du conseil qui parle aux médias d’un sujet quelconque n’ayant pas fait l’objet d’un vote du conseil, soit obligé d’identifier toute déclaration comme une opinion personnelle et non une opinion du conseil dans son ensemble.»


​Alors que le sujet avait déjà été débattu au mois de novembre, la maire Joanne Savage voulait des précisions. «Qu’est-ce qui est demandé, au juste?» M. Tessier a répondu qu’elle avait fait des commentaires aux médias qui ne représentaient pas l’opinion du conseil.