1968

Intégration communautarie 50e anniversaire / 50th Anniversary Community Living

Share with friends

Winter Home Guide
Winter Adventure Guide
Remembrance Day 2020

SPECIAL SECTIONS

CAHIERS SPÉCIAUX

​​​​​​Accueil      Emplois      Nécrologie      Annonces      Archives      Photos      Abonnement      Publicité      Qui sommes-nous      Contactez-nous

La province annonce plus de soutien pour les foyers de soins de longue durée

Le Foyer pour personnes âgées Au Château revendique plus de soutien provincial depuis des années, et enfin le gouvernement semble avoir entendu l’appel. Le 2 novembre, l’Ontario annonçait un engagement à faire augmenter les heures de soins directs aux résidents à 4 heures par jour d’ici 2025. Bien sûr, ce qui a provoqué cette annonce n’est pas la pression exercée depuis des années par les foyers comme Au Château, mais plutôt la pandémie qui a révélé les faiblesses du système.

«La pandémie a été l’élément déclencheur de tout ceci,» reconnaît Jacques Dupuis, administrateur d’Au Château. «Bien qu’elle se soit avérée dévastatrice pour bien des foyers, la pandémie a ouvert les yeux de la province et du public pour leur faire voir que nous manquons de personnel et de moyens financiers depuis des années, et pas juste en soins directs mais aussi pour des services de contrôle des infections et pour de l’équipement de protection personnel.»

M. Dupuis explique que les hausses de financement aux institutions de soins de longue durée ont à peine couvert l’inflation au cours des années. Puis, alors que le financement restait stagnant, les besoins des résidents devenaient de plus en plus complexes, nécessitant des soins plus aigus.

«C’était le grand problème même avant la pandémie : nous avions des cas plus complexes et des besoins plus pressants, et le même montant de personnel pour remplir ces besoins. C’est pour ça qu’il faut évoluer vers un niveau de soins plus élevé. Plus de personnel, ça veut dire plus de temps pour offrir des soutiens personnalisés,» souligne M. Dupuis. Puis il ne parle pas juste des soins quotidiens, mais du temps passé à offrir ces soins. «Il faut s’assurer que ce ne soit pas fait de manière précipitée, mais qu’on prenne le temps qu’il faut pour chaque résident.»

Le budget provincial 2020 n’attribuait pas de montant précis à l’atteinte de l’objectif visé, mais M. Dupuis affirme qu’il faudra un investissement de taille et de grands efforts pour augmenter la main-d’œuvre en soins de longue durée.


...Pour en savoir plus, cliquez ici

Au Château devra tout de même demander de l’argent à la municipalité