1968

International Women's Day​

Journée internationale de la femme

Share with friends

​​National Volunteer Week

Semaine nationale de l'action bénévole

Celebrate your love

Winter Price Meltdown

SPECIAL SECTIONS

CAHIERS SPÉCIAUX

Le conseil municipal a réexaminé son budget 2020 à la lumière de la pandémie COVID-19, passant toute sa réunion par téléconférence du mardi 5 mai à chercher des économies afin d’alléger le fardeau des contribuables déjà éprouvés par la crise. Alors que le conseil s’était entendu, au début mars, sur une hausse d’impôts de 6,2% en puisant 300 000$ dans ses réserves, c’était avant la pandémie. Puisqu’il n’avait pas encore adopté le budget officiellement, il a voulu réduire les dépenses et ainsi la hausse d’impôts pour 2020.

Une série de coupures importantes et de projets reportés ont permis de réduire la hausse proposée à 4,07%. Certains voulaient couper encore davantage, alors que d’autres évoquaient des sacrifices à long terme pour des gains à court terme. L’administration a rappelé que des dépenses hors de leur contrôle, comme les contributions obligatoires au bureau de santé publique et au conseil des services sociaux du district, représentaient 3,8% de la hausse. Selon l’administrateur Jean-Pierre Barbeau, cela laissait peu de marge de manœuvre, mais il a tout de même présenté un plan pour couper ou reporter plus de 600 000$ en dépenses, comparativement à la proposition du mois de mars.

M. Barbeau a rappelé que les demandes budgétaires initiales auraient provoqué une hausse d’impôts de 11,64%, ce qui avait été réduit à 6,2% avec l’approbation d’une majorité du conseil en mars. De plus, l’arrivée de la pandémie a aggravé la situation financière, causant une perte de revenus pour la ville. Le budget révisé repose sur une réouverture des installations municipales en octobre 2020, mais cela n’est pas garanti dans les circonstances actuelles, a-t-il ajouté. M. Barbeau estime que la ville perdra 462 000$ en revenus à cause des fermetures, de la suspension des permis de construire, et l’annulation des frais de retard et des intérêts sur les impôts fonciers non-payés – une mesure prise pour soulager les ménages du stress financier causé par la pandémie.

Néanmoins, l’administration a projeté des économies de l’ordre d’environ 808 000$, reflétant des réductions en coûts de main-d’œuvre, d’essence et d’électricité; des coupures au service de protection contre l’incendie et à la bibliothèque (qui devront puiser dans leurs fonds de réserve); et le report de projets spéciaux et de création de nouveaux postes. Les économies nettes ainsi proposées, soit 695 000$, réduirait la hausse d’impôts à 4,14%, d’avancer M. Barbeau comme point de départ.

Ce n’était pas suffisant pour la conseillère Lise Sénécal et le conseiller Yvon Duhaime, qui étaient farouchement contre l’embauche de nouveaux employés en 2020, outre un mécanicien qui réduirait ultimement les dépenses pour l’entretien d’équipement. La mairesse Joanne Savage estimait qu’il manquait certaines données pour éclairer leurs décisions, par exemple le coût des deux agents chargés de faire respecter les arrêtés municipaux. «Jusqu’à ce jour, je n’ai aucune idée combien cela nous coûte pour la mise en application de nos arrêtés,» a-t-elle affirmé, demandant aussi si un octroi de 725 000$ pour la «modernisation» pouvait servir à financer les nouveaux postes. «La subvention ne peut pas être utilisée à cette fin,» de préciser M. Barbeau, ajoutant que les deux agents à temps partiel représentent un coût net de 70 000$.

Les discussions semblaient tourner en rond quelque temps, si bien que M. Barbeau souligné qu’il fallait un budget pour pouvoir fonctionner, car l’année est déjà bien en cours. «Nous sommes presque au point où l’on ne pourra plus rencontrer nos obligations et continuer à opérer si nous ne passons pas de budget,» a-t-il averti. Mme Savage a répliqué, «Je n’ai pas l’intention de retarder le processus ou l’adoption du budget, mais je veux dire publiquement que certains renseignements demandés n’ont toujours pas été fournis et quand je parle aux citoyens, je ne peux même pas leur répondre et leur dire combien telle ou telle chose coûte à la municipalité.»

M. Barbeau a proposé de reporter la création de nouveaux postes au mois d’octobre pour certains, et à l’an prochain pour d’autres. Alors que Lise Sénécal, Yvon Duhaime, Denis Sénécal et Mme Savage voulaient attendre l’an prochain pour l’embauche d’un contremaitre pour les services commauntaires, M. Barbeau a insisté que ce département avait «besoin de leadership 7 jours sur 7 afin de surveiller les chantiers et répondre aux demandes des locataires. Mme Savage a demandé si les employés actuels pouvaient se partager la tâche en travaillant les fins de semaine. Le directeur des services communautaires, Stephan Poulin, a répondu «nous avons besoin d’une autre personne,» en rappelant qu’il y aura de nouveaux protocoles de désinfection après la pandémie. «Notre département est responsable du nettoyage et de l’entretien, ce sera plus exigeant.» Les conseillers Chris Fisher, Roland Larabie, Léo Malette, Dan Roveda et Jeremy Séguin ont voté pour embaucher le nouveau contremaitre en octobre.

Alors que le budget original prévoyait l’embauche d’un coordonnateur des services communautaires en octobre aussi, M. Barbeau a recommandé de reporter cela à 2021 pour économiser 20 000$, en ajoutant que la fonction de développement économique serait peut-être mieux assurée en retenant une personne à contrat, financé par une partie de l’octroi de modernisation de 725 000$. M. Roveda a fait une mise en garde contre l’idée de reporter les activités de développement économique, rappelant que «il faudra donner un bon coup de pouce pour repartir l’économie» après la pandémie. En fin de compte, la majorité a préféré l’idée de M. Barbeau voulant embaucher à contrat pour «trouver des sources de revenus nouvelles afin de soulager nos contribuables,» en utilisant l’octroi spécial, sans impact sur le budget.

M. Poulin a dit que son département allait maintenir sa réserve au niveau de 2019 et annuler des travaux qui étaient prévus. «Nous allons faire seulement ce qui est strictement nécessaire pour empêcher nos infrastructures de s’effondrer.» Certains projets approuvés l’an dernier et remis à cette année seront encore reportés à 2021. «Le toit pour la patinoire de Field… malheureusement, à cause de la saison de construction écourtée, ça ne sera pas fait en 2020. Il y a des réparations et de l’entretien que nous pouvons faire (…) pour assurer que la patinoire soit tout de même sécuritaire pour l’hiver prochain,» a-t-il affirmé. De plus, les réparations à la patinoire de Cache Bay seront reportées à 2021, tout comme les améliorations à la plage de Sturgeon Falls. «Nous ne savons même pas si les gens pourront utiliser la plage cet été.» Le centre de mise en forme de Verner ne sera pas déménagé non plus. Ce qu’il reste sur la liste est l’achat d’une camionnette, essentielle pour accommoder les règles de distanciation sociale, et des réparations urgentes à certains parcs et aires de jeu, jugées essentielles d’après un rapport d’inspection récent, selon M. Poulin.

De plus, il n’y aura pas d’installation de nouveau lampadaire en 2020, et aucun étudiant d’été ne sera embauché à moins que le poste ne soit financé à 100% par un octroi. Une célébration pour les bénévoles du Concours de labour a été annulée; le Comité d’embellissement n’aura pas une hausse de 3000$ antérieurement approuvée; et il n’y aura ni feux d’artifice, ni activités pour la Fête du Canada, une économie de 5000$.

Toutes ces coupures ont réduit la hausse d’impôts à 4,07%, soit environ 32$ par résidence en moyenne.

Le conseiller Chris Fisher était un peu réticent. «Je sais que nous voulons tous réduire les impôts, mais nous sommes un engin économique important, alors si nous arrêtons toute activité, cet argent ne circule pas dans notre économie locale.»

M. Barbeau a averti que les coupures d’aujourd’hui, et l’utilisation des fonds de réserve, allaient avoir un impact plus tard car les travaux reportés devront être faits tôt ou tard.

Le conseiller Jeremy Séguin a félicité l’administration d’avoir pris les devants pour prioriser les projets et réduire les dépenses. «Beaucoup de personnes seront déçues à cause des coupures, mais je pense que c’est raisonnable.»

Selon Mme Sénécal, les commerces et résidents sont dans un état d’incertitude et d’instabilité économique profonde, donc la ville doit aussi faire des sacrifices et garder ses dépenses à l’essentiel. «Il faut regarder à ce qu’on a vraiment besoin… et pas à ce qu’on veut» pour le moment, a-t-elle dit.

«Notre [hausse de] 4% est en fait basse, parce que nos taux et nos valeurs mobilières sont moins élevés qu’ailleurs,» de dire M. Barbeau.

Le budget de 27 millions de dollars a été approuvé par un vote de 5 conseillers (Fisher, Larabie, Malette, Roveda, Séguin) contre 4 (Duhaime, Savage, D. Sénécal, L. Sénécal).


...Pour en savoir plus, cliquez ici

​​​​​​Accueil      Emplois      Nécrologie      Annonces      Archives      Photos      Abonnement      Publicité      Qui sommes-nous      Contactez-nous

Le budget municipal est réduit pour une hausse d’impôts de 4,07%

Le conseil est divisé sur l’embauche de nouveaux employés en 2020