1968

International Women's Day​

Journée internationale de la femme

Share with friends

​​National Volunteer Week

Semaine nationale de l'action bénévole

Celebrate your love

Winter Price Meltdown

SPECIAL SECTIONS

CAHIERS SPÉCIAUX

 
Stuart Seville, au nom de la Chambre de commerce de Nipissing Ouest, demande aux résidents de soutenir les commerces locaux afin de les aider à survivre à la crise de la COVID-19.

Les commerces locaux ont besoin de soutien immédiat


La Chambre de commerce de Nipissing Ouest a lancé une campagne pour encourager les résidents à soutenir les commerces locaux pendant la crise de la COVID-19, afin d’assurer que ceux-ci puissent en ressortir et reprendre de plus bel une fois les restrictions provinciales levées.

Stuart Seville, entrepreneur et membre du conseil de la Chambre de commerce, a lancé l’initiative. Il souligne qu’une grande part des commerces locaux ont été obligés de fermer ou de réduire leurs activités, et beaucoup craignent de ne pas pouvoir survivre longtemps sans revenu alors que les dépenses continuent à s’accumuler.

M. Seville voudrait leur donner une façon d’assurer une liquidité à court terme, le temps de traverser la crise. Il demande donc aux entreprises d’offrir des certificats-cadeaux ou des crédits pour travaux futurs, et aux consommateurs d’acheter ces bons pour ensuite profiter des biens et services une fois les restrictions levées. Par exemple, si un résident compte faire installer un nouveau revêtement au sol de sa cuisine, il pourrait investir la somme auprès d’un entrepreneur local immédiatement, ou faire des paiements jusqu’à ce que le projet soit payé, puis l’entrepreneur pourra faire le travail lorsque la province le lui permettra. Quel est l’avantage? M. Seville voudrait que les résidents voient cela comme un geste pour sauver l’économie locale, les emplois locaux, et les petites entreprises familiales.

«Il faut aider ces entreprises locales parce que cette situation est désastreuse pour elles. Pour tous les commerces au détail, et les autres entreprises aussi, les mois de janvier et février sont très difficiles. Au mois de mars, les affaires commencent à repartir et c’est là que cette affaire nous a frappés ici. Au mois de mars, les entreprises ont commencé à pouvoir se rattraper et tout d’un coup, tout a été fermé, au pire moment possible pour une petite entreprise, lorsqu’il n’y a pas d’argent en réserve! C’est la même chose pour les entrepreneurs en construction; ils ne peuvent pas travailler pendant les mois d’hiver et certains doivent acheter de l’équipement et payer à crédit, et ils s’attendaient à travailler ce printemps, puis boum! Tellement de personnes m’ont parlé en disant qu’ils ne savent plus quoi faire, et ils n’ont pas tous droit aux fonds d’aide du gouvernement… les gens sont vraiment, vraiment désespérés,» déplore M. Seville.

Il attribue l’idée de la campagne à Ken Perrin, un résident de Sturgeon Falls qui a sollicité de l’aide, sous forme d’achats de certificats-cadeaux, pour une entreprise locale obligée de fermer ses portes. M. Seville a vite conclu que cette idée pouvait s’étendre à l’ensemble du secteur commercial. «Si nous pouvons diffuser des listes de contacts, ça pourrait partir la balle.»

Il souligne que les gens mettent souvent de l’argent de côté pour faire des travaux, et ils pourraient simplement transférer ces économies à une entreprise locale qui en aurait besoin maintenant, et l’argent resterait dans leur «compte» jusqu’au moment de faire le projet. «La majorité des entrepreneurs demandent un dépôt de 25% pour couvrir les matériaux de toute façon, alors pourquoi pas leur donner tout de suite? Vous allez acheter le plancher ou la porte ou la nouvelle terrasse de toute façon… alors investissez dans les gens. C’est notre communauté, c’est une petite communauté et la plupart des gens se connaissent,» dit-il.

La municipalité soutient l’initiative et l’annonce déjà sur son site web, et M. Seville dit que la promotion continuera dans les médias locaux et en ligne, puis dans les vitrines des commerces. «Il faut faire quelque chose, sinon il ne restera rien,» avertit-il, ajoutant que le coronavirus aura un impact à long terme sur l’économie.

Enfin, M. Seville souligne que la municipalité dépend des impôts du secteur commercial, et sans ces impôts, le coût des services et des infrastructures tomberait sur les épaules des seuls contribuables résidentiels. «Il faut soutenir ce secteur dans l’immédiat… Tout a changé. On nous dit qu’il ne pourra plus y avoir d’évènements au Canada jusqu’au Nouvel An. Ça veut dire plus de noces, plus d’évènements.» Voilà qui transforme la réalité des traiteurs, des artistes musicaux, des boutiques de vêtements, des propriétaires de salles à louer… et c’est juste un exemple des conséquences à long terme.

Son message, enfin, c’est qu’il faudra un effort soutenu de la part de tous pour sauver l’économie locale.

...Pour en savoir plus, cliquez ici

​​​​​​Accueil      Emplois      Nécrologie      Annonces      Archives      Photos      Abonnement      Publicité      Qui sommes-nous      Contactez-nous