1968

Home & Garden Guide

Share with friends

Graduation 2020

​​National Volunteer Week

Semaine nationale de l'action bénévole

Pride Month

​Mois de la Fierté

Class of 2020 / Bravo aux Diplômés

SPECIAL SECTIONS

CAHIERS SPÉCIAUX

​​​​​​Accueil      Emplois      Nécrologie      Annonces      Archives      Photos      Abonnement      Publicité      Qui sommes-nous      Contactez-nous

L’Ontario a entamé la 2e étape du déconfinement suite à la pandémie de la COVID-19, et tout le monde doit s’adapter à de nouveaux modes de fonctionnement. Service derrière une barrière de plexiglas; coiffeurs bien couverts de masque, gants et vêtements de protection; nettoyage en profondeur après les visites… dans tous les domaines, de nouvelles pratiques s’imposent. Cela est particulièrement éprouvant pour les garderies, désormais autorisées à ouvrir elles aussi, mais en réinventant leur façon de surveiller les enfants et surtout les interactions physiques.


Lorsque la pandémie a été déclarée, la Corporation des services de garde d’enfants de Nipissing Ouest (CSGENO) a dû fermer tous ses sites. Ensuite, au début mai, elle a été appelée à ouvrir seulement son centre de la rue Michaud, afin de servir les travailleurs essentiels qui avaient besoin de services de garde.


Lise Duhaime, directrice de la CSGENO, dit que son personnel a dû faire un travail colossal afin de pouvoir satisfaire aux exigences du gouvernement et du bureau de santé publique, ainsi que les attentes des parents, avant cette réouverture. «Nous avons changé toutes nos consignes, nos règlements, nos protocoles, et tout le reste. Les politiques qui n’existaient pas, nous avons dû les créer, parce que certaines mesures n’étaient pas prévues quant au nettoyage. Nous avons rehaussé cet aspect, le lavage des mains, le port du masque, comment mettre le masque et l’enlever, etc… Ce sont des choses très importantes que nous avons dû apprendre très, très vite. Nous avons commandé des articles de protection personnel pour tout nos employés : masque, gants, écran facial, survêtement de protection, et nous avons fait ça dès que nous avons su que les garderies seraient peut-être appelées à ouvrir pour les travailleurs de première ligne. Il nous a fallu trois semaines pour se préparer. Le Bureau de santé est venu faire une inspection, et nous a dit qu’il était satisfait de nos nouvelles normes. Dès que nos nouveaux protocoles et consignes ont été approuvés par le Bureau de santé, le Conseil d’administration des services sociaux (CASSD) et le ministère, nous avons réuni nos gérants et certains de nos employés et planifié la réouverture.»


...Pour en savoir plus, cliquez ici

Les garderies s’adaptent au nouveau monde post-COVID