1968

Students who make a difference

Célébrons la Francophonie

Volunteer Week 2019

Share with friends

Retrospective 2018

International Women's Day 2019

Spring Yard and Garden

Guide 2019

Business Awards ​2019

SPECIAL SECTIONS

CAHIERS SPÉCIAUX

Un sondage identifie 21 sans-abri dans le Nipissing Ouest

​​​​​​Accueil      Emplois      Nécrologie      Annonces      Archives      Photos      Abonnement      Publicité      Qui sommes-nous      Contactez-nous

Le Nipissing Ouest a été plongé dans un froid glacial potentiellement dangereux au cours des dernières semaines, si bien que certains ont sonné l’alarme quant aux personnes vulnérables ou sans abri, se demandant si des services d’aide existent localement. Le Centre Horizon sert effectivement de refuge pour les femmes et les enfants vulnérables dans la région, cependant, la situation est plus compliquée pour les hommes.

Joseph Bradbury, directeur général du Conseil d’administration des services sociaux du district de Nipissing (CASSDN), explique que son organisme vise la prévention de l’itinérance mais n’est pas habilité fournir directement un refuge aux sans-abri. «Pour les hommes, l’abri le plus près est le Centre d’urgence à North Bay, qui compte 19 lits,» précise-t-il. Or, ce centre ainsi que le North Bay Warming Centre, qui accueille les gens pour de courtes durées lorsque la température atteint -20 degrés Celcius, sont tous les deux pleins.

M. Bradbury offre donc des conseils. «Si les gens voient quelqu’un dans la rue qui présente un risque pour lui-même ou pour les autres, le moyen le plus sûr d’accéder à des services dans des températures extrêmes, c’est le 911. On peut aussi composer le 311 pour accéder à des services de soutien à travers le district. Le Nipissing Ouest a un abri pour les femmes et les enfants. L’abri pour hommes à North Bay est au Centre d’urgence, et parfois ils vont intervenir de façon régionale, mais le transport peut être un défi dans les municipalités sans service de transport. C’est souvent la police qui aide des individus en détresse à trouver un abri. Notre bureau local du CASSDN et nos équipes d’intervention sont aussi disponibles pour aider les personnes à identifier et accéder aux appuis dont ils ont besoin.»

Le chef du Service policier de Nipissing Ouest, Raymond St-Pierre, dit que la police est souvent «le dernier recours des personnes en crise parce que nous sommes là 24 heures sur 24, 365 jours par année. Quand tous les autres services sont fermés, qui les gens vont-ils appeler?» Il dit que l’itinérance n’est pas flagrante dans le Nipissing Ouest. «Oui, nous avons des gens qui se promènent. Nous n’avons pas une grande communauté d’itinérants. Parfois on nous appelle parce que des gens essaient de se réchauffer dans un restaurant ou une entrée quelque part. Nous essayons de leur trouver un abri, mais il n’y a rien ici en ville pour les hommes. (…) Nous essayons de trouver un ami ou un parent. Si la personne vit une urgence médicale, nous l’emmenons à l’hôpital, bien sûr… Ça arrive à l’occasion, mais c’est plutôt rare.»

Il n’existe pas beaucoup de statistiques sur l’itinérance dans le Nipissing Ouest, mais les organismes d’aide aux sans-abri dans la région disent qu’ils ont bel et bien des clients de Nipissing Ouest. En 2018, le CASSDN a fait un sondage pour compter le nombre de sans-abri dans le district entre le 30 avril et le 3 mai. Ils ont répertorié 21 sans-abri dans le Nipissing Ouest, dont une personne dans un refuge d’urgence, sept dans des institutions médicales ou de désintoxication, une qui ne connaissait pas son adresse et 12 qui faisaient du «couchsurfing», c’est-à-dire qui squattaient temporairement chez des amis ou des connaissances ou qui restaient dans des motels.

M. Bradbury dit que la réponse à ce fléau relève des communautés locales, et les organismes d’aide sont normalement montées et opérées par des bénévoles, comme c’est le cas du Warming Centre à North Bay. «Un groupe local pourrait toujours partir un centre de réchauffage. C’est une initiative que j’encouragerais. Parfois, on voit une église ouvrir son sous-sol l’hiver, par exemple. C’est un défi pour les plus petites communautés.»


...Pour en savoir plus, cliquez ici