​​​​​​Accueil      Emplois      Nécrologie      Annonces      Archives      Photos      Abonnement      Publicité      Qui sommes-nous      Contactez-nous

1968

SPECIAL SECTIONS

CAHIERS SPÉCIAUX

Une décision du conseil qui pue au nez de certains résidents

​​National Volunteer Week

Semaine nationale de l'action bénévole

Class of 2020 / Bravo aux Diplômés

Pride Month

​Mois de la Fierté

Home & Garden Guide

Le cannabis est maintenant autorisé au Canada, mais le conseil municipal de Nipissing Ouest pourrait adopter des règlements pour contrôler les odeurs des plants dans les quartiers résidentiels. C’est la conseillère Lise Sénécal, représentante du quartier 1, qui a proposé un amendement à l’arrêté municipal sur le cannabis ou à l’arrêté sur les nuisances publiques, lors de la réunion de conseil du 19 mai. Alors que la majorité du conseil a choisi d’examiner cette possibilité, la décision a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux, presque tous les commentateurs accusant le conseil de gaspiller temps et ressources et de vouloir brimer des droits nouvellement acquis.

La conseillère Sénécal a assuré qu’elle ne voulait aucunement supprimer les droits des gens, mais que les résidents avaient aussi le droit de profiter de leur propriété sans être gênés par des odeurs émanant de propriétés voisines. Son intervention suivait «de nombreuses plaintes» qu’elle avait reçues concernant un cultivateur de cannabis médicinal habitant la rue Bélanger à Sturgeon Falls. Elle demandait donc un amendement à l’arrêté existant afin de donner aux agents de la ville un outil pour pouvoir contrôler «l’odeur de moufette» émanant de ces cultures. La conseillère a aussi soumis un arrêté de la ville de Hamilton comme exemple. Celui-ci stipule que «aucune personne ne causera ou ne permettra qu’une odeur émanant de la culture de plants de cannabis puisse devenir une nuisance pour une autre personne ou pour le public en général.»

Les autres membres du conseil se sont dit d’accord pour examiner cette question, à l’exception du conseiller Jeremy Séguin. Il opposait toute règlementation des odeurs, donnant comme exemple les pratiques agricoles qui peuvent parfois générer des senteurs désagréables. Selon lui, des règles voulant limiter les odeurs pourraient éventuellement être retournées contre les fermiers, ce qui serait inacceptable.


...Pour en savoir plus, cliquez ici

Graduation 2020

Share with friends